Image

Et voilà que c'est au tour du Dépakot de passer à la casserole ! C'est durant une gentille soirée, serré dans leur minuscule et difforme commu, que j'ai pu récolter ragôts, potins et autres mauvaises habitudes qu'on préfère parfois ne pas voir publiées sur CarpeStudentem. Allez, courage, ce petit clash sera rapide (mais intense).


Petite note: cette description est à prendre au 3ième degré ;-)

 

Avant de se lancer dans les choses sérieuses, rappelons tout d'abord en quelques mots leur projet. Le Dépakot propose son aide pour tout type de travaux manuels auprès de personnes dans le besoin. Ils travaillent passent le temps en collaboration avec l'ASBL des Compagnons Dépanneurs. Ils organisent également des formations comme, par exemple, ce mardi 6 décembre sur le thème "les économies d’énergie électrique dans mon kot". Pour terminer, et en exclusivité (yeah), je peux vous annoncer qu'ils organiseront une grande brocante sur la Grand Place le 26 mars prochain !

 

Voilà les formalités terminées, allons à la rencontre de ces 10 énergumènes ayant repris le charmant commu du Kap'Hilarité (RIP). Tout d'abord, il faut savoir que le Dépakot est un kot de casés. En effet, sur 10, à peine 3 personnes sont célibataires. Autant dire que ça ramène pas trop... Mais ne vous inquiétez pas, la plupart des lits du kot tremblent quand même de temps en temps, voire fréquemment ... Je ne citerai pas de nom. Enfin si, au diable la censure, c'est sans hésiter Thib et Soline qui sont les plus actifs à ce niveau là !

 

Ne nous égarons pas dans cette voie plus que tendancieuse et revenons plutôt à nos moutons. Le Dépakot est dirigé cette année par une certaine Sophie. Sous ses airs de petite fille sage se cache en fait une vraie bouffi, adepte de la malbouffe et de la graisse. De plus, on lui soupçonne une pilosité ardue, comme en témoigne son cadeau de Noël offert par ses cokoteurs : une pince à épiler. Pauvre Blabla ... Oui, Blabla, ou Frank, c'est son copain, qu'elle a surnommé ainsi de par la morphologie de sa tête. (sympa la gonz') On comprend peut-être pourquoi ils ne font grincer le lit qu'une fois par mois.

 

En parlant de "ça", je vois là une facile transition : passons maintenant à Soline. Soline, vice-présidente cette année, semble être la cochonne du kot. Ses cokoteurs lui ont d'ailleurs offert une jolie paire de menottes (ça veut tout dire). Par contre, pas de bol les mecs, ce n'est pas la célibataire du kot. Mais, il semblerait que quelques hommes lui fassent tourner la tête... Je cite, au hasard, Poelvoorde (du Kot Gratte), Tom Hanot ou encore son cokoteur Pierre. J'en connais un qui devrait surveiller un peu sa femme ! 

 

Je ne vais pas m'attarder plus longtemps sur ce petit bout de femme, j'espère que vous avez cerné le personnage. Dans un tout autre style, passons maintenant à la mamy du kot, j'ai nommé Eugénie. Eugénie, chargée des relations extérieures ou, autrement dit, call girl, est vraiment une mamy. Tout d'abord, vous la verrez tous les matins devant un bon déjeuner bien conséquent (qui, de nos jours, prend encore 30 min pour déjeuner ?) avec, quand même, quelques sombres aspects comme une tartine mélangeant fromage et confiture. Et, en bonne flamande, elle fait tout ça en écoutant Q-music évidemment ! Le soir venu, Eugénie reste mamy : vous la verrez déchaussée après à peine 2 verres de vin ou un mojito bien dosé.

 

Etant donné qu'au Dépakot, ils font les choses bien, une mamy est toujours accompagnée par un papy. Et c'est Benoit, tatanes aux pieds et petit pyjama Buissonnière sur le dos, qui prend ce rôle avec grand plaisir ! Facile à vivre, fervant amateur de vaisselle, on ne comprend pas très bien pourquoi il reste célibataire. Quoique, c'est peut-être bien par sa faute : il avait pourtant rencontré cette belle blonde en soirée qui lui avait même donné rendez-vous le lendemain. Mais, avec 2g dans le sang, notre papy chéri n'a pu se souvenir de l'endroit du fameux rendez-vous, quel dommage ! 

 

En parlant d'oubli, de 2g d'alcool, et autres fantaisies, on ne peut que penser à Pierre, dit Del ou Piet Del. Difficile à croire, mais cet ingénieur de gestion a la tâche de gérer les comptes du Dépakot. D'après ses cokoteuses, Del ne sait pas draguer. Peut-être à cause de la bouteille de vodka qu'il s'enfile tous les soirs, parfois tout seul, dans le commu ? Qui sait ... Mais, pourtant, il tient à jour une liste des femmes de sa vie comptant, entre autres, pas moins que sa cokoteuse Adé !

 

Mais, à part le goût d'une de ses gouttes de transpiration (true story), que peut-il bien trouver à cette fille ? Déjà, pour commencer, son poste : Adé, de son vrai nom, Adélie, occupe le poste de call girl du Dépakot. Malheureusement, il n'y en a qu'un seul et unique qui en profite : un certain Maxence du Kap Course. Quoique, cette information devrait être vérifiée : certains cokoteurs auraient aperçu un prénommé Didier lui donnant des cours particuliers en pleine nuit ! Au moins, on ne pourra pas dire qu'elle n'assume pas son job de chargée des relations extérieures.

 

Etant donné que je manque cruellement de transition, je vais passer directement à Louis. Malgré le fait que leur camionnette ne soit toujours pas louable, le Dépakot a quand même nommé un responsable camio. Autant vous dire qu'à votre place, je ne ferais pas la moindre griffe sur cette dernière, au risque de vous retrouvé vite fait bien fait avec un bel oeil au beurre noir ! Parce que oui, Louis, faut pas le chercher. Bagarreur du kot, il termine souvent par utiliser la viande congelée du commu pour soulager ses bleus après une guindaille. Et quand il ne s'est pas battu, il lui arrive parfois de terminer dans le lit d'une de ses cokoteuses. C'est peut-être parce que sa (vraie) copine bruxelloise ne se bouge pas souvent sur LLN pour le voir... 

 

Sa gentille hôte n'est autre que Fanny, la dernière célibataire du kot (et il le sait!). Fanny, responsable des bénévoles lors des chantiers, mène une vie plutôt saine : soupes et légumes dans la plupart de ses menus ! Cependant, quelques dérives sont permises avec, par exemple, la fameuse tartiflette du souper des kaps. Et elle s'en souvient bien : Fanny s'est fait tartifletter 3 fois sur la même soirée ! 

 

L'avant-dernier protagoniste du Dépakot est Thibault, qui se définit himself comme le directeur des ressources humaines. Et les contacts sociaux, ça le connait ! N'entrez jamais dans sa chambre sans toquer, vous pourriez tomber au mauvais "moment" et ce, 4 fois par jour ! Piet Del en témoignera !

 

Le Dépakot accueille également un erasmus espagnol : Alejandro ! Pour se fondre dans la masse de ses cokoteurs, Alejandro est lui aussi casé. Et on peut dire que sa chérie lui manque ... Elle lui manque tellement qu'ils sont contraints de se faire des "sex Skype". Lui s'en défendra, mais le Dépakot a des témoins ! A coté de ça, Alejandro arbore fièrement une jolie queue de rat et, lorsqu'il ne se retrouve pas enfermé dans la camionnette (true story), il porte un beau pyjama style "peau de pêche" et, comme son cokoteur Papy, de gentilles pantoufles.

 

Voilà qui termine la présentation des 10 membres du Dépakot. Quoique ... Je peux quand même citer quelques acteurs proches du kot comme Géronimo, un bénévole assidu mais suspect, Didier, le fameux prof particulier de chimie, ou encore Matthieu, un ancien du KotBD qui aime boire son petit verre de Whisky dans le commu (toujours accompagné de Piet Del, évidemment). J'ai encore quelques ragots sous la main, mais je préfère les garder : on ne sait jamais, j'aurai peut-être besoin un jour d'une camionnette à prêter ? ;-)

 

A la revoyure les amis, ce fut un plaisir !

 

PS : Maintenant que je me relis, je vois écrit dans le chapeau : "ce petit clash sera rapide". Au final, pas vraiment. Désolé si je viens de te faire perdre 10min de ton précieux temps. Maintenant, va bosser glandeur !

PPS : Désolé du retard de publication ! C'est cette foutue vidéo qui a fait planter mon navigateur et perdre une grande partie de l'article !


Écrit le par